AccueilActualités > 13.09.2017

Prévoyance vieillesse 2020: pour un OUI bourgeois

L’émission-débat «Arena» de la TV suisse-allemande relative au projet de Prévoyance vieillesse 2020 (PV2020), vendredi soir dernier, a mis en évidence les illusions de l’extrême-gauche (romande), représentée en chair et en os sur le plateau.

Pour rappel, l’extrême-gauche – majoritairement romande, à l’origine du référendum contre la loi fédérale sur le projet PV2020 – ne cesse d’asséner son opposition à l’harmonisation de l’âge de référence de la retraite des femmes et des hommes à 65 ans, ainsi qu’à la pseudo baisse des rentes censée découler de PV2020.

Sans surprise, l’extrême-gauche présente son plan B à la suite d’un Non qu’elle appelle de ses vœux. Sans surprise également, ce plan B consiste pour l’essentiel à vider le 2e pilier de toute substance au profit de l’AVS, alors que notre système de prévoyance vieillesse, fondé sur deux, voire trois piliers, fait bien des envieux à l’étranger. Mais il est vrai que nul n’est prophète en son pays!

Quoi qu’il en soit, l’essentiel ne réside pas dans la persistance de l’extrême-gauche dans ses illusions collectivistes, mais bien dans la perception de ces dernières par la majorité alémanique.

En ce sens, le débat Arena de vendredi dernier sur PV2020 a clairement démontré, par la voix de la conseillère aux Etats K. Keller-Sutter, que la majorité bourgeoise alémanique n’ira jamais dans le sens des opposants de gauche à PV2020.

Ce constat est partagé par le grand quotidien alémanique de centre-gauche qu’est le Tages-Anzeiger, qui a rappelé dans son édition «post-Arena» la disproportion des forces (au Parlement fédéral) entre la droite bourgeoise et l’extrême-gauche.

Soyons donc clairs: un Non éventuel à PV2020 sera considéré par la majorité alémanique comme un Non de droite et en aucun cas comme un succès de ceux qui veulent piller le 2e pilier de certains au profit d’autres.

Face à ces deux camps – par définition inconciliables – qui s’opposent à la réforme proposée de nos retraites, il s’agit de s’engager pour un OUI bourgeois, fondé sur les réelles mesures d’économie comprises dans PV2020, ainsi que sur le maintien de la substance du 2e pilier.

Telle est la voie choisie par la quasi-totalité des unions cantonales romandes des arts et métiers, des organisations patronales, ainsi que des chambres de commerce de Suisse romande, qui ont pris leur décision en toute autonomie.

Ce OUI de raison prend en compte la réalité des rapports de force politiques et les vingt années d’échecs de notre système de retraite. Surtout, ce OUI de raison assure le financement de l’AVS pour ces quinze prochaines années, soit un horizon de prévisibilité dont rêve la plupart des chefs d’entreprises dans le cadre de leur activité professionnelle.

Pour conclure, nous nous permettrons de rappeler aux opposants de droite à PV2020 l’échec cinglant dans les urnes, en 2010, par près de 73% des votants, du projet consistant à abaisser le taux de conversion LPP de 6,8 à 6,4%; alors que PV2020 comprend un abaissement de ce même taux à 6,0%.

A bon entendeur !

Patrick Eperon, L'Agefi, 13 septembre 2017

Mercredi 13 septembre 2017
Catégorie(s): Articles de presse
Auteur/personne de contact: Patrick Eperon