L'essentiel en bref

L’agriculture fournit les aliments de première nécessité et joue un rôle essentiel dans la société. A ce titre, les agriculteurs doivent pouvoir vivre de leur production. Les soutiens accordés doivent avant tout permettre de produire des aliments de bonne qualité, issus d’une agriculture de proximité, respectueuse de l’environnement et conforme aux exigences sociales. Les surfaces agricoles sont un élément important dans l’aménagement du territoire, qui doit concilier les intérêts de l’ensemble de la société..

Personne de contact

image

Philippe Herminjard

Responsable du thème

Notre dernier article sur l'agriculture

Les vaches à cornes n’ont pas leur place dans la Constitution

oct. 25, 2018, 09:54 by Thery Couturier
La Suisse est un petit paradis dans lequel le citoyen peut s’exprimer sur des sujets d’extrême importance ainsi que sur des questions plus futiles. L’initiative pour les vaches à corne mise en votation le 25 novembre prochain entraînerait évidemment une modification de la Constitution, ce qui place - juridiquement - l’objet dans la catégorie des sujets les plus graves. Chacun voit pourtant que la question est probablement d’un autre ordre. Pour les personnes concernées, les agriculteurs, on reconnaîtra tout de même que le sujet est sérieux et peut avoir des conséquences économiques en cas d’acceptation.

La Suisse est un petit paradis dans lequel le citoyen peut s’exprimer sur des sujets d’extrême importance ainsi que sur des questions plus futiles. L’initiative pour les vaches à corne mise en votation le 25 novembre prochain entraînerait évidemment une modification de la Constitution, ce qui place - juridiquement - l’objet dans la catégorie des sujets les plus graves. Chacun voit pourtant que la question est probablement d’un autre ordre. Pour les personnes concernées, les agriculteurs, on reconnaîtra tout de même que le sujet est sérieux et peut avoir des conséquences économiques en cas d’acceptation.

Rappelons ainsi que l’initiative n’interdit pas l’écornage des animaux et n’oblige pas le maintien des cornes, ni aux bovins, ni aux caprins. Elle demande simplement de soutenir les animaux à cornes par des paiements directs.

Une telle proposition soulève deux questions principales. La première est de savoir si une telle mesure a sa place dans cet acte majeur qu’est la Constitution ? Non, l’objet ne relève nullement de la loi fondamentale de la Confédération. Il devrait être tout au plus de la compétence des Chambres fédérales, voire de celle du seul Conseil fédéral. L’autre question consiste à évaluer les conséquences économiques de l’initiative. Globalement, le coût devrait dépasser les 30 millions de francs annuels mais ce montant devrait être prélevé dans l’enveloppe des paiements directs qui s’élève à plus de trois milliards de francs annuels. Le budget des paiements directs ne serait pas pour autant renforcé, le Parlement ne le souhaitant pas. Cela signifie que le montant réservé pour subventionner les cornes viendrait en diminution des aides à la protection de l’environnement et au bien-être des animaux de rente. En cas d’acceptation de l’initiative, les effets induits nuiront donc à la nature et aux animaux.

Pour ces deux raisons principales, il convient de refuser cette initiative. Et les vaches pourront toujours avoir des cornes.

PH-signature

Philippe Herminjard,
Responsable du thème politique Agriculture

Notre objectif :
Par une agriculture productive, maintenir notre niveau d’autosuffisance alimentaire et gérer la zone agricole en bonne intelligence entre acteurs économiques.

Rôle du Centre Patronal

Le Centre Patronal défend les intérêts patronaux des agriculteurs et des vignerons face à l’administration galopante, au cadre législatif toujours plus contraignant et à l’hygiénisme exacerbé ambiant. Il soutient l’agriculture dans ses rôles de nourricière de la population et d’actrice économique et veille à ce que les travailleurs de la terre puissent décemment vivre de leur production.

Le Centre Patronal partage ses compétences pour préserver et améliorer les conditions-cadres de l’économie en général ainsi que celles de l’agriculture et de la viticulture en particulier. Le monde agricole participe à l’essor de l’économie du canton, il fait ainsi partie des préoccupations de la maison de l’économie. .

Nos principes, notre agenda

Notre position

Le secteur agricole doit être soutenu par le biais des paiements directs, car ce secteur, qui ne peut pas se délocaliser, assure quelque 50% de notre autosuffisance alimentaire à des prix qui peinent à rivaliser avec les produits importés. Il convient cependant de maintenir une agriculture productive et des cultures intensives partout où cela est possible. Le rôle des agriculteurs ne peut être réduit à celui d’un «jardinier du paysage».

Prochaines échéances

Depuis les années nonante, l’essentiel en matière agricole se décide à Berne. La Politique agricole 2022+ dessinera les contours de l’agriculture future. Le Centre Patronal veillera dans ce cadre à ce que les intérêts patronaux et ceux d’une agriculture productive soient préservés et renforcés. Nos efforts seront axés en particulier sur la nécessaire consolidation de la promotion des produits agricoles et des vins suisses.

La rigidité de la protection des surfaces d’assolement (SDA) en zone agricole est réelle et pose un problème en matière d’aménagement du territoire.

agriculture

Agriculture

juil. 10, 2018, 11:07
Related pages : Agriculture
commentaires
Load more comments
Rédiger un commentaire
,

Nos articles sur l'agriculture Tous

Service d’information

Service d’information

Service d’information

Cette publication, de format A4 recto-verso, propose chaque semaine une analyse d'un thème d’actualité, en donnant une position claire, argumentée et engagée à l’intention du monde économique, politique et médiatique.

 

 

Restez toujours informés.


Vous souhaitez pouvoir suivre l'actualité des assurances sociales, avoir un décryptage juridique régulier ou simplement découvrir les formations les plus adaptées à vos ambitions ? Abonnez-vous à nos newsletters !

Intérêts