L'essentiel en bref

La possibilité de construire et de transformer des habitations, des installations industrielles ou commerciales adaptées aux besoins de la population et de l’économie est un élément central pour le bon développement de la Suisse. Afin de permettre les investissements, la garantie de la propriété doit être respectée.

Personne de contact

image

Frédéric Dovat

Responsable du thème

Notre dernier article sur l'aménagement du territoire et l'immobilier

« Stopper le mitage »

août 24, 2018, 10:24 by Thery Couturier
L’initiative populaire « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage) » sera prochainement soumise en votation populaire. Elle a notamment pour objectif que les zones à bâtir cessent d’augmenter en Suisse, sans limite de temps.

L’initiative populaire « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage) » sera prochainement soumise en votation populaire. Elle a notamment pour objectif que les zones à bâtir cessent d’augmenter en Suisse, sans limite de temps. La création de nouvelles zones à bâtir ne serait admise que si une surface d’une taille au moins équivalente et d’une valeur de rendement agricole comparable a été déclassée de la zone à bâtir.

Suivant l’avis du Conseil fédéral, les Chambres fédérales recommandent au peuple et aux cantons le rejet de cette initiative populaire dès lors que la loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) actuelle freine déjà suffisamment le mitage du territoire.

En effet, la LAT actuelle prévoit déjà que les zones à bâtir ne doivent pas excéder les besoins prévisibles pour les quinze prochaines années, ce qui conduit à un grand nombre de déclassement de parcelles à bâtir considérées comme surdimensionnées. En outre, de nouveaux terrains ne peuvent être classés en zone à bâtir que moyennant le respect de strictes conditions. Par ailleurs, l’enjeu du développement durable de l’urbanisation est déjà pris en compte.

Cette initiative ne tient pas compte de l’évolution démographique et du développement économique, ainsi que de la diversité des contextes cantonaux et régionaux. Si l’on suit l’initiative, il deviendra presque impossible de disposer de nouveaux terrains à bâtir, qu’ils soient destinés à l’habitation, à l’artisanat, à l’industrie ou à d’autres activités. L’installation de nouvelles entreprises serait compromise, ce qui ne sera pas sans influence sur les emplois.  Enfin, le mitage risquerait, dans certaines régions, d’être accentué plutôt que stoppé si l’activité de construction se déplaçait vers des zones à bâtir inadéquates du fait de l’impossibilité de créer de nouvelles zones à bâtir.

Par conséquent, nous rejetons cette initiative.


FD-signature

Frédéric Dovat,
Responsable du thème Aménagement territoire et immobilier

Notre objectif :
Assurer un aménagement du territoire souple pour nos entreprises et garantir la propriété privée.

Rôle du Centre Patronal

Le Centre Patronal défend la garantie de la propriété et veille à ce que les entreprises et la population puissent disposer de logements ainsi que d’installations industrielles ou commerciales adaptés à leurs besoins. Il s’implique vigoureusement dans la défense des intérêts de l’économie immobilière, qui représente plus de 15 % du PIB Suisse et plusieurs centaines de milliers d’emplois.

Le Centre Patronal s’engage sur les dossiers de l’aménagement du territoire et de l’immobilier en faisant valoir la position des entreprises auprès des autorités fédérales et cantonales, voire communales ; il lance, cas échéant, des référendums ou participe à des campagnes de votations fédérales et cantonales.

Nos principes, notre agenda

Notre position

L’aménagement du territoire doit rester suffisamment souple pour faire face à l’ensemble des besoins de la société et de l’économie. L’appropriation progressive du sol par les collectivités doit être combattue. Les procédures administratives doivent rester souples et les interventions étatiques limitées afin de ne pas nuire au bon fonctionnement du marché immobilier.

Ce dernier doit pouvoir continuer à offrir des logements ainsi que des installations industrielles et commerciales qui répondent aux besoins de tous les acteurs.

Prochaines échéances

Les années 2018 à 2022 vont être marquées par la mise en œuvre de la révision de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire visant à redimensionner les zones à bâtir, tandis que les régions alpines auront à surmonter les effets de l’initiative sur la limitation des résidences secondaires.

Par ailleurs, le marché immobilier se détend avec une hausse des logements et surfaces commerciales vacants. Les trop nombreuses interventions étatiques devront en tenir compte.

Nous nous opposons à la deuxième révision de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire qui prévoit des restrictions supplémentaires telles qu’une compensation intégrale des constructions hors zones à bâtir.

amenagement-territoire

Le taux de logements vacants au 1er juin 2018 par canton

Le taux de logements vacants augmente, ce n’est pas dû aux législations de droit public contraignantes, mais au marché qui s’autorégule.

Aménagement du territoire et immobilier

juil. 10, 2018, 11:07
commentaires
Load more comments
Rédiger un commentaire
,

Nos articles sur l'aménagement du territoire et l'immobilier Tous

Service d’information

Service d’information

Service d’information

Cette publication, de format A4 recto-verso, propose chaque semaine une analyse d'un thème d’actualité, en donnant une position claire, argumentée et engagée à l’intention du monde économique, politique et médiatique.

 

 

Restez toujours informés


Vous souhaitez pouvoir suivre l'actualité des assurances sociales, avoir un décryptage juridique régulier ou simplement découvrir les formations les plus adaptées à vos ambitions ? Abonnez-vous à nos newsletters !

Intérêts