L'essentiel en bref

La Suisse exporte davantage de biens et de services qu’elle n’en importe. Pour préserver cette capacité qui contribue à sa prospérité, notre pays doit entretenir des relations commerciales avec le reste du monde, mais aussi maintenir sur son territoire des conditions cadres favorables à la compétitivité des entreprises.

Personne de contact

image

Jimmy Dupuis

Secrétaire patronal, politique générale

Notre dernier article économie extérieure

Suisse-UE : partenaire particulier cherche entente particulière

nov. 22, 2018, 11:44 by Thery Couturier
La Suisse et l’Union européenne (UE) négocient actuellement un accord qui devrait permettre une application plus homogène des traités portant sur l’accès au marché. Le gouvernement a clairement indiqué être favorable à un accord garantissant une certaine sécurité juridique et préservant l’indépendance et l’ordre juridique de notre pays.

La Suisse et l’Union européenne (UE) négocient actuellement un accord qui devrait permettre une application plus homogène des traités portant sur l’accès au marché. Le gouvernement a clairement indiqué être favorable à un accord garantissant une certaine sécurité juridique et préservant l’indépendance et l’ordre juridique de notre pays.

Cependant, à rebours de la maxime selon laquelle celui qui va doucement va sûrement, des voix s’élèvent pour critiquer l’absence de prise de position claire de la Suisse dans le cadre du processus de négociation et brandissent le spectre d’une UE sur le point de perdre patience. A ceux qui se complaisent à jouer les Cassandre, il faut rappeler que la prise en considération des aspects économiques permet de relativiser les prophéties apocalyptiques tout en portant la focale sur les réels enjeux d’un partenariat chargé d’années.

En 1972, la Suisse et l’UE signèrent un accord de libre-échange (ALE). La zone de libre-échange pour les produits industriels ainsi créée constitue un axe majeur des relations économiques entre la Suisse et l’UE, qui ne cessent d’ailleurs de gagner en importance. En 2017, 53% des exportations suisses étaient destinées à l’UE et 71% des importations helvétiques en provenaient. Cela représente 117 milliards de francs de biens exportés pour 133 milliards de francs de biens importés. Lorsqu’on sait que le volume des échanges est en constante progression depuis ces 20 dernières années, il y a de quoi être optimiste quant à la pérennité d’une entente mutuellement profitable. Si la Suisse a conscience que l’UE est son plus significatif partenaire commercial ainsi que son premier partenaire en matière d’investissements directs, l’UE ne peut de son côté faire fi de l’importance de la Suisse. Un récent rapport sur la mise en œuvre des accords de libre-échange élaboré sous l’égide de la Commission européenne met d’ailleurs en évidence la place centrale de la Suisse qui demeure le troisième partenaire commercial de l’UE après les Etats-Unis et la Chine, deux pays qui se livrent une guerre commerciale sans merci. En outre, en ce qui concerne le domaine des services, la Suisse passe au deuxième rang. Or, la valeur des services échangés a tendance à augmenter rapidement, ce qui laisse -de l’aveu même de la Commission européenne- la porte ouverte à un éventuel accord concernant les services.

Partant, les réflexions au sujet de l’accord institutionnel doivent absolument tenir compte des chiffres. Nul –pas même les représentants de l’UE- ne peut se permettre de scotomiser la partie économique de l’équation. La relation entre la Suisse et l’UE est primordiale pour chacun des partenaires. L’Europe a beau être un gigantesque marché, il n’en demeure pas moins que la Suisse constitue une manne. Aussi, les négociations doivent se poursuivre à leur rythme dans une logique gagnant-gagnant, ce qui suppose que l’UE considère la Confédération en tant que partenaire d’envergure et non pas comme un nain géographique destiné à se soumettre docilement à l’intégration européenne. La Suisse est un partenaire particulier et mérite à ce titre un partenariat compatible avec les lignes rouges définies par le Conseil fédéral.


Jimmy Dupuis
Jimmy Dupuis,
Responsable du thème politique Economie Extérieure

Rôle du Centre Patronal

Le Centre Patronal prend position sur des dossiers politiques qui influencent directement ou indirectement les relations internationales de la Suisse et la compétitivité de ses entreprises.

Le Centre Patronal peut répondre à des procédures de consultation, participer à des campagnes de votations ou soutenir des interventions politiques ou parlementaires.

Dans ses prises de positions, le Centre Patronal soutient l’universalité des relations internationales de la Suisse, la conclusion ou le maintien d’accords internationaux favorables à l’économie helvétique, ainsi que le maintien, en Suisse, de conditions cadres (fiscales, monétaires, législatives) propices à la compétitivité des entreprises..

Nos principes, notre agenda

Notre position

La Suisse maintient et développe des accords commerciaux avec l’Europe et avec le reste du monde en respectant les lignes rouges qu'elle s'est fixées. Elle analyse l’évolution du «Brexit» afin d’optimiser sa stratégie commerciale vis-à-vis de l’Union européenne d’une part, de la Grande-Bretagne d’autre part. La législation intérieure ne doit pas péjorer la compétitivité des entreprises exportatrices.

Prochaines échéances

Avec l’Union européenne, les négociations doivent se poursuivre en vue d'un accord cadre institutionnel qui respecte la souveraineté des deux parties. L'évolution de la négociation sur le Brexit est suivie avec attention. 

Le «Projet fiscal 17» permettra à la Suisse de respecter les standards de l’OCDE et donc d’éviter que ses propres entreprises soient pénalisées à l’étranger. Il convient qu’il soit adopté rapidement.

L’initiative populaire «Entreprises responsables» menace les entreprises suisses actives à l’étranger. Si elle n'est pas retirée, elle devra être combattue.

L’initiative «Entreprises responsables» pénaliserait les entreprises suisses actives à l’étranger – et en particulier celles qui se comportent de manière responsable!

economie-exterieure

Commerce extérieur de la Suisse en 2016

L’Allemagne est le premier partenaire commercial de la Suisse, les Etats-Unis viennent en deuxième place.

Economie extérieure

juil. 10, 2018, 11:08
Related pages : Economie extérieure
commentaires
Load more comments
Rédiger un commentaire
,

Nos articles économie extérieure Tous

Service d’information

Service d’information

Service d’information

Cette publication, de format A4 recto-verso, propose chaque semaine une analyse d'un thème d’actualité, en donnant une position claire, argumentée et engagée à l’intention du monde économique, politique et médiatique.

 

 

Restez toujours informés.


Vous souhaitez pouvoir suivre l'actualité des assurances sociales, avoir un décryptage juridique régulier ou simplement découvrir les formations les plus adaptées à vos ambitions ? Abonnez-vous à nos newsletters !

Intérêts