Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

04.03.2019 - AGRICULTURE - Philippe Herminjard

La nouvelle Politique agricole vue sous l’angle économique

La nouvelle Politique agricole (PA22+) souhaitée par le Conseil fédéral termine sa phase de consultation. La loi sur l’agriculture subit de multiples modifications et, après plus de 25 ans, l’agriculture poursuit une réforme de fond qui s’éloigne des simples mesures de soutien au marché. La PA22+ se décline en trois directions appelées à entrer dans une synergie durable : le marché, les ressources naturelles et les entreprises agricoles. Le Conseil fédéral mise sur les incitations économiques pour faire accepter sa politique mais l’enveloppe financière liée est maintenue au niveau actuel.

Au plan des mesures liées au marché, il est proposé d’augmenter la valeur ajoutée aux produits agricoles et de renforcer l’orientation marché en intégrant – pour la première fois - l’industrie agroalimentaire au projet. Un effort sera porté pour développer l’exportation et, dans le secteur vitivinicole, un système uniforme d’indications géographiques pour une meilleure segmentation des vins devrait voir le jour.

S’agissant de la préservation des ressources naturelles, le Conseil fédéral veut encore multiplier les exigences en matière d’écologie alors que des efforts importants – sans doute supérieurs à bien d’autres pays – ont été consentis depuis le développement de la Production intégrée dès les années septante. Ce positionnement – pourtant contraire à la décision prise par le peuple en 2017 pour renforcer la sécurité alimentaire – s’explique par la volonté de contrer par anticipation les deux initiatives (Eau propre et zéro pesticide de synthèse) attendues en votation populaire au début 2020.

Les agriculteurs sont appelés à renforcer leur orientation marché en faisant preuve d’un esprit d’entreprise accru. Pour cela, l’efficience de l’exploitation, autrement dit la productivité des facteurs engagés (travail, capital, etc.) est améliorée. Il est prévu de conditionner l’accès aux paiements directs aux seuls détenteurs de brevet, ce à quoi nous nous opposons, car cette exigence, pour l’heure, ne se justifie pas.

La PA22+ ne convaincra pas les acteurs les plus directement concernés ; c’est pourquoi nous encourageons le Conseil fédéral à suivre une politique qui favorise l’agriculture productive axée sur le marché et sur la dynamique entrepreneuriale.

Notre prise de position complète à la consultation fédérale


PH-signature

Philippe Herminjard,
Responsable du thème politique Agriculture

Partager :

Articles liés Tous

Nos évènements