Le Centre Patronal est heureux de pouvoir à nouveau vous accueillir dans ses locaux, désormais ouverts aux visiteurs sur rendez-vous.
Il met en œuvre un plan de protection répondant aux prescriptions sanitaires actuellement en vigueur.

Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

27.02.2020 - AGRICULTURE - Philippe Herminjard

L’avenir de l’agriculture helvétique passe par Agroscope

Sur la base d’un rapport intermédiaire de 2016 concernant la réorganisation d’Agroscope et en considérant toutes les stations de recherche agricole, le Conseil fédéral avait mis à l’étude un plan drastique allant jusqu’à la fermeture du site de recherche de Changins et une réorganisation profonde en Suisse. C’était compter sans les interventions parlementaires fédérales (15 motions, 5 interpellations et 5 questions) que ce plan destructeur a soulevées. Au plan cantonal vaudois, des interventions ont également vu le jour sous des angles plus régional, émanant du Département de l’économie, de l’innovation et du sport notamment.

L’opinion publique attisée par les médias n’a de cesse de critiquer l’utilisation des pesticides qui ne sont rien d’autres que les médicaments des plantes. Grâce aux recherches fondamentales et appliquées d’Agroscope, la production intégrée (PI) s’est développée depuis le début des années septante pour diminuer les interventions chimiques et privilégier les moyens biologiques et biotechniques. Mais rien n’y fait, le consommateur veut faire l’impasse sur les produits phytosanitaires.

En 2017, la Confédération a lancé son plan d’action visant à la réduction des risques et à l’utilisation durable des produits phytosanitaires. Les risques doivent être divisés par deux et les alternatives à la protection phytosanitaire chimique sont encouragées. Pour atteindre les objectifs fixés, les mesures existantes sont renforcées et de nouvelles sont introduites pour permettre à l’agriculture suisse de se positionner dans la production durable de denrées alimentaires.

En janvier dernier, le Conseil fédéral a pris conscience des enjeux sociétal, économique et environnemental ; il a maintenu et renforcé la recherche agronomique et viticole d’Agroscope Changins à la satisfaction des milieux concernés. Sans Agroscope, pas de salut pour réussir ce grand défi de l’agriculture future. L’activité agricole ne peut se délocaliser pour nourrir une population qui ne cesse d’augmenter. On peut remercier celles et ceux qui se sont battus pour maintenir Agroscope Changins, en particulier Philippe Leuba, Conseiller d’État, qui a intégré la nécessité d’innover pour les produits agricoles indigènes appelés à se distinguer des produits importés.


PH-signature

Philippe Herminjard,
Responsable du thème politique Agriculture

Partager :

Articles liés Tous