Le Centre Patronal est heureux de pouvoir à nouveau vous accueillir dans ses locaux, désormais ouverts aux visiteurs sur rendez-vous.
Il met en œuvre un plan de protection répondant aux prescriptions sanitaires actuellement en vigueur.

Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

15.09.2020 - AGRICULTURE - Philippe Herminjard

Crise viticole : quelle voie à suivre ?

Depuis la globalisation des contingents de vins en 2001, la filière vitivinicole helvétique souffre d’une vive concurrence des vins importés. Par l’influence du climat, les volumes produits dans notre vignoble ne sont pas toujours réguliers et des parts de marché sont perdues à chaque fois que la production est inférieure à la consommation.

En 2018, des difficultés inhabituelles sont apparues dans la commercialisation de vin suisse en vrac, qu’il faut comprendre comme les volumes de vin livrés aux grands distributeurs. Habituellement, peu avant les vendanges, le marché permettait de vider les caves pour laisser place au nouveau millésime. Depuis, les grands distributeurs constatant les réserves qui s’accumulent ont décidé de travailler en flux tendu, c’est-à-dire en n’achetant que les quantités nécessaires et la situation se dégrade année après année pour ce segment du marché.

Les parlementaires fédéraux ont été alertés et ont déposé, entre le 4 mai et le 3 juin 2020, pas moins de onze interventions concernant la crise viticole, l’importation de vin, la réserve climatique, l’aide financière aux vendanges 2020, la distillation, l’obligation de commercialiser du vin suisses pour les distributeurs et importateurs, etc.

Le Conseil fédéral a répondu à toutes ces interventions et rejette la plupart des propositions. Il laisse cependant ouvert la possibilité d’examiner – sous diverses conditions - les mesures liées à la réserve climatique (mesure pour « lisser les différences annuelles de volumes de vendanges » afin de répondre plus régulièrement aux besoins de marché pour le vin indigène). Ajoutons qu’il avait répondu à plusieurs revendications avant même le dépôt des motions du printemps par des mesures permettant le déclassement de vin AOC en vin de pays (10 MCHF) - la mesure contribue à stabiliser le marché qui a subi une chute des ventes et à soutenir le prix du raisin pour les vendanges 2020 - et un soutien à la promotion des vins suisses dans les secteurs de l’HORECA et de la grande distribution (près de 3 MCHF) en 2020. Le Parlement doit encore statuer sur ces objets.

Les mesures de promotion des ventes ne sont nullement plafonnées par les règles de l’OMC et il faut préciser que le budget fédéral alloué à la promotion des vins n’a jamais été épuisé depuis sa création. C’est assurément cette voie qu’il faut privilégier sans plus attendre pour mettre mieux en valeur les vins suisse et vaudois.


PH-signature

Philippe Herminjard,
Responsable du thème politique Agriculture

Partager :

Articles liés Tous