Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

21.02.2019 - ECONOMIE EXTÉRIEURE - Jimmy Dupuis

L’accord institutionnel plébiscité par l’économie vaudoise

En date du 7 décembre 2018, le Conseil fédéral a décidé de mener des consultations sur le texte de l’accord institutionnel négocié entre la Suisse et l’Union européenne (UE). Ce dernier a pour but de consolider la voie bilatérale et de favoriser la conclusion de nouveaux accords d’accès au marché intérieur de l’UE. Conscient que le futur visage de l’économie helvétique est en jeu, le Centre Patronal a mené un sondage auprès d’un échantillon représentatif d’entreprises et d’associations professionnelles, ceci sur la base d’un questionnaire annexé à une circulaire d’information expliquant de manière simple et détaillée les différents éléments du projet d’accord. Il sied donc d’insister sur le fait que les réponses des entreprises constituent des prises de position éclairées et ne sont en aucun cas le fruit d’une réaction à chaud.

Le résultat est sans appel : 85% des sondés se déclarent favorables ou plutôt favorables à l’accord. En outre, les entreprises vaudoises marquent à très large majorité (plus de 90%) leur attachement à la voie bilatérale et insistent lourdement sur l’importance de maintenir une bonne relation avec l’UE. A l’opposé, seules 11% des entreprises considèrent qu’une adhésion à l’UE serait indiquée. Si le monde économique vaudois appelle de ses vœux une normalisation de la voie bilatérale par le truchement de l’accord institutionnel, la préoccupation légitime de la protection des salaires et des conditions de travail n’est pas pour autant occultée. En effet, le résultat du sondage met en évidence l’importance de cette thématique pour les entreprises, qui estiment tout de même à 60% que le cadre prévu par l’accord permet un contrôle adéquat du niveau des salaires.

En tout état de cause, les quelques inquiétudes exprimées ne remettent pas en question le choix final. Le projet d’accord institutionnel trouve indiscutablement grâce aux yeux des entreprises en raison de son caractère équilibré et du recours à un mécanisme de résolution des différends conformes aux standards juridiques modernes. Eu égard à la récente prise de position de trois anciens conseillers fédéraux en faveur de l’accord-cadre avec l’UE, on peut constater que les entreprises vaudoises partagent l’approche des vieux sages.


Jimmy Dupuis
Jimmy Dupuis,
Responsable du thème politique Economie Extérieure

Partager :

Articles liés Tous

Nos évènements