Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

19.08.2019 - FORMATION - Baptiste Müller

12'000 places d’apprentissage vacantes : brève analyse

Le chiffre avancé récemment par l’hebdomadaire NZZ am Sonntag interpelle. Alors qu’environ 75'000 jeunes commencent un apprentissage, 12'000 places d’apprentissage n’ont pas encore trouvé preneur. C’est en particulier dans les domaines de l’hôtellerie, de la restauration, des métiers de bouches, de l’électricité et de la construction que les entreprises ne trouvent pas suffisamment d’apprentis à engager.

Pour permettre la création de places d’apprentissage et d’emploi, il faut une bonne santé de l’économie, de la branche et de l’entreprise. En soi, cette nouvelle atteste donc d’une économie forte, capable d’offrir de nombreuses places d’apprentissage. Les données à cet égard montrent d’ailleurs une certaine stabilité :  de 5.0% en 2012, la part des apprentissages sur le nombre total d’emplois s’élève à 4.7% en 2016, derniers chiffres disponibles.

On peut tout de même s’interroger sur la signification de ces places vacantes. Soyons clair : la formation professionnelle souffre d’un problème d’image en Suisse Romande, et en particulier dans les cantons de Vaud et Genève. Une étude gfs récente le montre : les jeunes romands sont trop poussés vers le gymnase.

Pourtant, la formation professionnelle est une voie à succès. Elle offre des possibilités de carrière tout à fait intéressantes et permet aussi de rejoindre des études supérieures, professionnelles ou académiques. Le taux d’insertion sur le marché du travail des personnes ayant réalisé un apprentissage est extrêmement élevé.

L’économie a besoin de personnel qualifié et la formation professionnelle permet de répondre aux besoins actuels et futurs des entreprises. Flexible, elle permet une mise à jour régulière des programmes afin de se conformer aux besoins des entreprises. Il est donc impératif d’agir pour son image. Pas besoin d’en rajouter, il suffit de montrer la réalité de la formation professionnelle, ce qu’elle est aujourd’hui : une formation moderne, exigeante, et qui ouvre des portes vers une carrière intéressante et des études supérieures.

BM-signature

Baptiste Müller,
Responsable du thème politique Formation

Partager :

Articles liés Tous

Nos évènements