Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

24.08.2018 - INSTITUTIONS SÉCURITÉ - Pierre-Gabriel Bieri

Le Centre Patronal soutien le renouvellement de la défense aérienne

Le Centre Patronal s’est exprimé positivement sur deux dossiers mis en consultation par la Confédération: le projet «Air 2030» (renouvellement de la défense aérienne) et une réforme du service civil visant à mieux cadrer les conditions pour y accéder.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin a mis en consultation ce printemps le projet «Air 2030», qui pose le principe d’un renouvellement de la capacité de défense aérienne de la Suisse. Il s’agit d’acquérir d’ici 2030 un nouvel avion de combat pour remplacer la flotte actuelle des F-5 et F/A-18, ainsi qu’un nouveau système de défense sol-air pour retrouver cette capacité perdue il y a près de vingt ans. Ces acquisitions feront l’objet d’un ou plusieurs programmes d’armement, après que la décision de principe aura été validée par les Chambres fédérales. Dans sa prise de position, le Centre Patronal considère qu’il est indispensable que la Suisse dispose d’une capacité permanente de défense anti-aérienne et que l’Armée, dont les budgets ont été prétérités au cours de ces dernières décennies, doit maintenant retrouver des moyens financiers et matériels à la hauteur de ses besoins. Les affaires compensatoires qui résulteront de l’achat d’un nouvel avion de combat impliqueront en outre des retombées positives pour l’économie helvétique.

Concernant le service civil, la révision mise en consultation a pour but d’atténuer l’attrait de ce dernier, en particulier auprès des personnes qui ont déjà commencé ou terminé leur formation militaire. Le nombre des «civilistes» a en effet très fortement augmenté depuis une dizaine d’années et la Confédération s’en inquiète: il s’agit, d’une part, de garantir que l’effectif de l’Armée reste atteint et, d’autre part, d’éviter que l’investissement en temps et en argent pour former et instruire les nouveaux soldats soit ensuite gaspillé par leur défection. Dans sa prise de position, le Centre Patronal approuve ce projet, en rappelant que le principe même du service civil apparaît contestable: seules les missions de défense (armée) et de sauvetage (protection civile, pompiers) nécessitent et justifient un enrôlement des citoyens. Le service civil, surtout lorsqu’il prend des proportions importantes, risque de priver inutilement certaines entreprises de travail et de forces de travail.


PGB-signature

Pierre-Gabriel Bieri,
Responsable du thème politique Institutions et sécurité

Partager :

Articles liés Tous

Nos évènements