Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

09.12.2019 - INSTITUTIONS SÉCURITÉ - Pierre-Gabriel Bieri

Nouvel avion de combat: des enjeux militaires, mais aussi économiques et régionaux

Le Conseil national, dans sa nouvelle composition, s’apprête à se prononcer sur l’achat d’un nouvel avion de combat (NAC) pour l’Armée suisse. Cette acquisition répond d’abord à une nécessité stratégique et militaire: il s’agit de remplacer la flotte actuelle, en partie obsolète, en partie vieillissante. Outre les missions de police du ciel utiles en temps de paix, il faut garder à l’esprit que, trente ans après la chute du Mur de Berlin, le monde n’est pas devenu durablement plus sûr et que de nouvelles menaces peuvent rapidement survenir. L’hypothèse d’un conflit armé en Suisse, si elle semble la moins probable, est aussi celle qui nécessiterait la plus longue période de préparation.

Mais au-delà de ces considérations de politique de sécurité, l’achat d’un nouvel avion constitue également un enjeu économique et technologique. En l’absence de conflit, la présence de l’armée représente une activité profitable pour de nombreuses régions et de nombreuses entreprises, bien au-delà du seul domaine militaire.

Une répartition régionale des retombées économiques attendues est déjà ancrée dans le projet: 65% en Suisse alémanique, 30% en Suisse romande et 5% en Suisse italienne. C’est une bonne chose. Parallèlement, il s’agit de fixer le meilleur taux possible d’affaires compensatoires, en veillant à ce que l’économie helvétique en retire réellement un maximum d’effets positifs, en termes de compétences directes, d’emplois, de carnets de commandes et de savoir-faire technologique.

En marge des décisions du Parlement, les engagements que prendra le département de Mme Viola Amherd joueront aussi un rôle dans le soutien populaire au nouvel avion de combat, en particulier en Suisse romande. La région de Payerne, qui accueille la principale base aérienne de Suisse et en accepte de bonne grâce les nuisances, souhaite aussi en retirer des bénéfices en termes d’emplois et de présence industrielle. L’aérodrome de Payerne a de solides atouts à faire valoir puisqu’il est relié à un parc technologique qui offre de nombreuses possibilités de synergies dans le domaine de la formation et de la recherche aéronautique, avec un espace permettant d’accueillir de nouvelles entreprises suisses ou étrangères.

Le maintien de la défense aérienne offre ainsi l’occasion d’un rééquilibrage bienvenu en direction de la Suisse romande et de son économie.


PGB-signature
Pierre-Gabriel Bieri, 
Responsable du thème politique institutions et sécurité

Partager :

Articles liés Tous

Nos évènements