Le Centre Patronal est heureux de pouvoir à nouveau vous accueillir dans ses locaux, désormais ouverts aux visiteurs sur rendez-vous.
Il met en œuvre un plan de protection répondant aux prescriptions sanitaires actuellement en vigueur.

Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

14.08.2020 - INSTITUTIONS SÉCURITÉ - Pierre-Gabriel Bieri

OUI à la sécurité aérienne

Le Centre Patronal appelle à voter OUI, le 27 septembre prochain, à l’achat de nouveaux avions pour la défense aérienne de la Suisse. La décision du gouvernement et du Parlement ne porte pas sur le modèle d’avion, ni sur le nombre exact, mais sur le principe du renouvellement de la flotte aérienne d’ici 2030 et sur le financement de l’opération: 6 milliards de francs sur dix ans, pris sur le budget ordinaire de l’armée, avec un volume de compensation de 60% pour des entreprises suisses (20% de compensations directes et 40% de compensations indirectes). 30% de ces affaires compensatoires devront revenir à la Suisse romande.

L’achat de nouveaux avions se justifie d’abord par le souci de conserver une défense aérienne opérationnelle. Celle-ci est nécessaire en temps de paix pour assurer la police du ciel et la protection de certains événements internationaux. Elle serait aussi indispensable en cas de crise ou de conflit. De par sa seule existence, une force aérienne peut heureusement constituer un élément de dissuasion ou de prévention.

Mais le renouvellement de la défense aérienne constitue aussi une chance pour l’économie helvétique. 60% de 6 milliards représentent 3,6 milliards de francs de commandes passées à des entreprises suisses, dans des domaines tels que l’industrie des machines, l’aéronautique, l’industrie optique, la chimie, l’électronique, l’informatique, etc. Outre leur valeur directe, ces affaires compensatoires peuvent aussi apporter des avantages indirects pour les entreprises concernées, qui bénéficient ainsi de transferts de savoir-faire technologiques, ou accèdent à de nouveaux marchés à l’étranger.

Un OUI le 27 septembre contribuera donc à maintenir la sécurité de la Suisse, qui est une condition cadre de sa prospérité, tout en fournissant des mandats bienvenus et des connaissances précieuses à des entreprises locales.


PGB-signature
Pierre-Gabriel Bieri, 
Responsable du thème politique institutions et sécurité

Partager :

Articles liés Tous