Le Centre Patronal est heureux de pouvoir à nouveau vous accueillir dans ses locaux, désormais ouverts aux visiteurs sur rendez-vous.
Il met en œuvre un plan de protection répondant aux prescriptions sanitaires actuellement en vigueur.

Le Centre Patronal utilise des cookies obligatoires pour garantir une expérience optimale du site Internet.
Pour en savoir plus, cliquez sur "Détails". En cliquant "J'accepte", vous déclarez accepter notre politique de confidentialité.

j'accepte Détails

11.11.2020 - MOBILITÉ - Patrick Eperon

La politique climatique suisse vaut bien un référendum

La politique climatique suisse 2021-2030, traduite sous la forme d’une nouvelle loi sur le CO2, est devenue l’un des serpents de mer de la Berne fédérale.

Il est évident que la nouvelle loi a été votée sur la base d’un plus petit dénominateur commun entre les Verts, les socialistes, ainsi que les partis du centre et du centre-droite, à savoir une contribution anecdotique de la Suisse à la protection du climat. Raison pour laquelle cette nouvelle loi sur le CO2 est inefficace, comme le relèvent d’ailleurs aussi les activistes du climat, anticapitalistes repeints en vert foncé.

Mais, avant tout, la nouvelle loi sur le CO2 est trop coûteuse, en premier lieu parce qu’elle augmentera le prix de l’essence et du diesel de 12 centimes par litre, TVA et effets indirects non compris (près de 20 centimes supplémentaires par litre si l’on prend en compte la TVA et ces effets indirects).

Nul doute que cette nouvelle ponction en pleine récession réduira encore le pouvoir d’achat de beaucoup de personnes et renchérira encore le transport routier de marchandises. Un double impact d’autant plus négatif que le rail - qui peinait à récupérer sa clientèle au niveau d’avant le COVID-19, et ce avant même l’irruption de la 2e vague de la pandémie - ne constitue pas une alternative qui va de soi.

Nul doute également que ceux qui le peuvent n’hésiteront pas à faire le plein en France voisine, où le mouvement des gilets jaunes a forcé la République, avant la crise COVID-19, à se limiter à une hausse de 3-4 centimes (quasi-parité franc suisse - euro) par litre d’essence ou de diesel/gazole, d’ici à 2025, de la taxe carbone française. En ce sens, il faut souligner que le prix du litre d’essence sans-plomb exprimé en francs suisses est pour l’heure déjà un peu meilleur marché du côté savoyard de la frontière franco-suisse.

Pour que le peuple suisse puisse se prononcer sur une politique climatique aussi coûteuse qu’inefficace, il s’agit de signer et de faire signer le référendum contre la loi sur le CO2 !

Référendum contre la loi sur le CO2 : www.rester-raisonnable.ch


P.Eperon-signature

Patrick Eperon,
Responsable thème politique mobilité

 

Partager :

Articles liés Tous