Politique énergétique suisse : vers l’impasse ?

oct. 18, 2018, 09:01 by Thery Couturier
Certes, une large majorité a adopté la Stratégie énergétique 2050, qui repose notamment sur la sortie progressive de la Suisse du nucléaire. Certes, les subventions nécessaires au développement des énergies renouvelables sont disponibles pour les années à venir. Certes, l’efficience énergétique s’améliore encore, notamment au sein des grandes entreprises.

Certes, une large majorité a adopté la Stratégie énergétique 2050, qui repose notamment sur la sortie progressive de la Suisse du nucléaire. Certes, les subventions nécessaires au développement des énergies renouvelables sont disponibles pour les années à venir. Certes, l’efficience énergétique s’améliore encore, notamment au sein des grandes entreprises.

Mais il n’en demeure pas moins que notre pays importe toujours plus de courant pendant l’hiver et que cette dépendance de l’étranger va s’accroître avec l’arrêt progressif des cinq centrales nucléaires suisses.

Jusqu’à cet été, la quasi-unanimité des experts évoquait la possibilité de stocker à terme d’importantes quantités d’électricité produite pendant la belle saison avec des panneaux photovoltaïques, pour utiliser ce stock de courant pendant l’hiver. Mais la sécheresse a eu notamment pour conséquence de générer une forte demande de courant en Europe pour des besoins de refroidissement. Et certains craignent que ce phénomène se répète.

Quant à la production d’électricité au moyen d’éoliennes sur territoire suisse, personne ne peut nier qu’elle sera loin d’atteindre les niveaux planifiés, aucune éolienne n’étant par exemple en service dans le canton de Vaud fin 2018.

Par conséquent, la dépendance de la Suisse pour son approvisionnement en électricité va encore augmenter.

En ce sens, on notera que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) recommande à notre pays d’achever le plus tôt possible les négociations concernant l’accord sur l’électricité avec l’UE. Mais, sans même parler de la difficulté de conclure un tel accord sans accord institutionnel avec l’UE, on relèvera que le rattachement juridique au marché européen de l’électricité implique une ouverture complète du marché suisse de l’électricité.

Quand on sait à quel point cette ouverture est combattue par la gauche, on ne peut s’empêcher de penser que nous sommes aux portes d’une impasse politique et pourrions bientôt connaître de sérieux problèmes d’approvisionnement en électricité.

PE-signature

Patrick Eperon,
Secrétaire patronal

Politique énergétique suisse : vers l’impasse ?

oct. 18, 2018, 09:01 by Thery Couturier
Certes, une large majorité a adopté la Stratégie énergétique 2050, qui repose notamment sur la sortie progressive de la Suisse du nucléaire. Certes, les subventions nécessaires au développement des énergies renouvelables sont disponibles pour les années à venir. Certes, l’efficience énergétique s’améliore encore, notamment au sein des grandes entreprises.

Certes, une large majorité a adopté la Stratégie énergétique 2050, qui repose notamment sur la sortie progressive de la Suisse du nucléaire. Certes, les subventions nécessaires au développement des énergies renouvelables sont disponibles pour les années à venir. Certes, l’efficience énergétique s’améliore encore, notamment au sein des grandes entreprises.

Mais il n’en demeure pas moins que notre pays importe toujours plus de courant pendant l’hiver et que cette dépendance de l’étranger va s’accroître avec l’arrêt progressif des cinq centrales nucléaires suisses.

Jusqu’à cet été, la quasi-unanimité des experts évoquait la possibilité de stocker à terme d’importantes quantités d’électricité produite pendant la belle saison avec des panneaux photovoltaïques, pour utiliser ce stock de courant pendant l’hiver. Mais la sécheresse a eu notamment pour conséquence de générer une forte demande de courant en Europe pour des besoins de refroidissement. Et certains craignent que ce phénomène se répète.

Quant à la production d’électricité au moyen d’éoliennes sur territoire suisse, personne ne peut nier qu’elle sera loin d’atteindre les niveaux planifiés, aucune éolienne n’étant par exemple en service dans le canton de Vaud fin 2018.

Par conséquent, la dépendance de la Suisse pour son approvisionnement en électricité va encore augmenter.

En ce sens, on notera que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) recommande à notre pays d’achever le plus tôt possible les négociations concernant l’accord sur l’électricité avec l’UE. Mais, sans même parler de la difficulté de conclure un tel accord sans accord institutionnel avec l’UE, on relèvera que le rattachement juridique au marché européen de l’électricité implique une ouverture complète du marché suisse de l’électricité.

Quand on sait à quel point cette ouverture est combattue par la gauche, on ne peut s’empêcher de penser que nous sommes aux portes d’une impasse politique et pourrions bientôt connaître de sérieux problèmes d’approvisionnement en électricité.

PE-signature

Patrick Eperon,
Secrétaire patronal

Nos évènements