Lorsque les riches seront appauvris, les pauvres crèveront de faim

oct. 8, 2018, 07:25 by Thery Couturier
Le Conseil d’Etat devrait se rappeler ce proverbe chinois lorsqu’il établit son budget. 2019 n’échappera pas à la règle, l’Etat de Vaud dépensera plus. Et toujours pour les mêmes bénéficiaires puisque sur les CHF 243 millions de dépenses supplémentaires (!) budgétées pour 2019, 73.7% seront englouties par le département de M. Maillard, principalement par l’augmentation des subsides à l’assurance-maladie obligatoire (CHF 150 mios).

Le Conseil d’Etat devrait se rappeler ce proverbe chinois lorsqu’il établit son budget. 2019 n’échappera pas à la règle, l’Etat de Vaud dépensera plus. Et toujours pour les mêmes bénéficiaires puisque sur les CHF 243 millions de dépenses supplémentaires (!) budgétées pour 2019, 73.7% seront englouties par le département de M. Maillard, principalement par l’augmentation des subsides à l’assurance-maladie obligatoire (CHF 150 mios).

Les chiffres laissent perplexes. Mais que dire des conclusions du Conseil d’Etat qui « reste en revanche attentif à la croissance des charges, notamment dans le domaine social, et continuera à veiller à leur maîtrise » ! Nous prenons acte de cet éclair de lucidité, à nos yeux bien trop tardif. Les citoyennes et citoyens vaudois sont dans leur grande majorité des contributeurs nets puisqu’ils paient plus qu’il ne se servent. Tous ne sont en effet pas suspendus à cette mamelle nourricière qu’est le Département de la santé et de l’action sociale (DSAS). C’est à ces vaudoises et vaudois qu’il s’agit de penser maintenant. Après les efforts qu’ils ont fournis près de quinze ans pour redresser les finances de leur canton et que celles-ci sont maintenant excellentes, il est temps de diminuer la pression fiscale.

Rappelons que l’imposition des personnes physiques dans le canton de Vaud est parmi les plus lourdes de Suisse ! En particulier l’impôt sur la fortune, qui pénalise fortement les entrepreneurs et les entreprises. Seule certitude, au rythme où la facture sociale du département de M.Maillard s’alourdit, la santé financière du canton de Vaud va inexorablement se détériorer. Puisque les prévisions ne sont pas plus réjouissantes du côté de la santé, avec une augmentation des dépenses de 2.3% (CHF 30 mios) par rapport à 2018. Toujours plus de dépenses pour justifier toujours plus de prélèvements, tel est le mantra du Conseil d’Etat vaudois. A terme toutefois, il n’y aura peut-être plus rien à prélever. 

Lorsque les riches seront appauvris, les pauvres crèveront de faim

oct. 8, 2018, 07:25 by Thery Couturier
Le Conseil d’Etat devrait se rappeler ce proverbe chinois lorsqu’il établit son budget. 2019 n’échappera pas à la règle, l’Etat de Vaud dépensera plus. Et toujours pour les mêmes bénéficiaires puisque sur les CHF 243 millions de dépenses supplémentaires (!) budgétées pour 2019, 73.7% seront englouties par le département de M. Maillard, principalement par l’augmentation des subsides à l’assurance-maladie obligatoire (CHF 150 mios).

Le Conseil d’Etat devrait se rappeler ce proverbe chinois lorsqu’il établit son budget. 2019 n’échappera pas à la règle, l’Etat de Vaud dépensera plus. Et toujours pour les mêmes bénéficiaires puisque sur les CHF 243 millions de dépenses supplémentaires (!) budgétées pour 2019, 73.7% seront englouties par le département de M. Maillard, principalement par l’augmentation des subsides à l’assurance-maladie obligatoire (CHF 150 mios).

Les chiffres laissent perplexes. Mais que dire des conclusions du Conseil d’Etat qui « reste en revanche attentif à la croissance des charges, notamment dans le domaine social, et continuera à veiller à leur maîtrise » ! Nous prenons acte de cet éclair de lucidité, à nos yeux bien trop tardif. Les citoyennes et citoyens vaudois sont dans leur grande majorité des contributeurs nets puisqu’ils paient plus qu’il ne se servent. Tous ne sont en effet pas suspendus à cette mamelle nourricière qu’est le Département de la santé et de l’action sociale (DSAS). C’est à ces vaudoises et vaudois qu’il s’agit de penser maintenant. Après les efforts qu’ils ont fournis près de quinze ans pour redresser les finances de leur canton et que celles-ci sont maintenant excellentes, il est temps de diminuer la pression fiscale.

Rappelons que l’imposition des personnes physiques dans le canton de Vaud est parmi les plus lourdes de Suisse ! En particulier l’impôt sur la fortune, qui pénalise fortement les entrepreneurs et les entreprises. Seule certitude, au rythme où la facture sociale du département de M.Maillard s’alourdit, la santé financière du canton de Vaud va inexorablement se détériorer. Puisque les prévisions ne sont pas plus réjouissantes du côté de la santé, avec une augmentation des dépenses de 2.3% (CHF 30 mios) par rapport à 2018. Toujours plus de dépenses pour justifier toujours plus de prélèvements, tel est le mantra du Conseil d’Etat vaudois. A terme toutefois, il n’y aura peut-être plus rien à prélever. 

Nos évènements